Nos actualités
Le billet de Marc Fayet #12 – Le pire aimé du Père Agudes
Le 13 juillet 2017
« La mission si vous l’acceptez sera de rédiger une chronique avec ce titre imposé mais qui doit avoir tous les aspects de la crédibilité » Voici le message qui m’est parvenu ce matin par le truchement d’un songe nocturne qui ne m’a pas quitté jusqu’à cette journée qui je le craignais risquait d’être légèrement neutralisée, car je sais à quel point les coureurs peuvent craindre que le ciel leur tombe sur la tête ce qui fut un peu le cas. Voilà donc que j’hérite de cette rude tâche au moins aussi pénible que celle qui les attends car c’est long, ça grimpe et le temps est humide, mais je ne me sens pas à sec alors puisque l’inspiration est le secret du bon sportif, j’expire avant de mourir et je me lance pour me dépêtrer de ce double jeu de mot piège qui m’éloigne autant de la ligne d’arrivée que celui aura décidé de lâcher aujourd’hui, mon objectif étant de terminer dans les délais. Me voici à mon départ fictif… C’est parti pour qu’il le reste jusqu’à l’arrivée.

Le père Agudes, né dans le village du même nom est une sorte de rebouteux, un peu nutritionniste, un peu médium, un peu pronostiqueur PMU aussi, bref de ces hommes dont la parole est écoutée dans les moments de doute et surtout la veille du tirage de l’euro-million. Le père Agudes avait trois fils : Romain, Fabio et Chris qui avaient comme passion la bicyclette mais la vraie celle qui fait mal aux pates.  Le père Agudes se plaisait à leur apprendre la rivalité plus que la fraternité,  aussi il les poussait à s’opposer promettant au meilleur des trois de lui offrir un joli costume jaune car le jaune ils aiment beaucoup et lui aussi, sauf que le père Agudes l’aime dans son verre avec un glaçon, pas ses garçons. Et puis le jaune va bien aux plus maigrichons. « C’est le plus malingre qui gagnera ! » Prédisait le papa aux trois fistons, lui qui se voyait à travers eux comme trois aspects de lui-même, trois traits de son caractère : l’explosivité malicieuse de Fabio, le calcul méthodique de Chris et l’intelligence pointilleuse de Romain ou du moins le croyait-il, lui qui passait dans le village pour un original un peu fêlé. Il s’en fichait et avait sa conscience pour lui comme disent toujours ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Quoi qu’il en soit le fameux jour de la compétition tant espérée il convoqua son beau-frère le père Sourde qui s’y connaissait en biclou, il en avait vu souvent par chez lui depuis 70 ans et des maigres il en a vu passer, à l’époque où ils étaient un peu plus enrobés, les Robic, Gaul, Bahamontès, Hinault, Van Impe, Jalabert. Le père Sourde fut frappé de l’aspect des trois fils d’Agudes qui s’opposaient ce 13 Juillet 2017. Chris, le fils préféré portait la couleur tant convoitée et le père Agudes prédisait encore qu’il le porterait le soir « C’est mon plus maigrichon donc c’est mon champion » Comme ce sont des frères ils ont eu du mal à se faire des crasses et lorsque le Chris se trompa de route voulant faire du cross et que Fabio qui suit toujours son grand frère se fit embarquer de la même manière, Romain qui se retrouvait devant et qui a le sens de la famille décida avec ses copains d’attendre ses deux ainés et puis il trouvait qu’ils n’étaient pas assez maigres ces compagnons timides,  ce qui lui donnait une mince chance de prendre la poudre d’escampette. Le père Sourde et le père Agudes, main dans la main, assistèrent à la lutte finale et c’est le petit Romain qui franchit la ligne le premier et Fabio qui revêtit  le jaunâtre costume. Inutile de raconter les détails, il y avait une autre histoire de famille mais elle était en second plan, deux beaux-frères partis en avance pour avoir de l’avance avant de prendre du retard. Ils devaient avoir deux trois trucs privés à régler.

Bref pour terminer cette histoire familiale sachez que le fils aîné du père Agudes dû céder son costume jaune au plus brun des frérots, réputé le plus souriant. Devant la défaillance de son fils préféré, le père Agudes dû revoir son jugement et après tout ce qu’il avait dépensé pour l’habiller de jaune, il préféra l’offrir au cadet Fabio, juste pour faire rêver le petit dernier , Romain qui se dit depuis ce jour « ça va Bardet !!! » et le père Sourde rentrant chez lui ne put s’empêcher de raconter… Chris est vraiment le pire aîné du père Agudes à Peyragudes dans les Pyrénées.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations