L'équipe
EDUARDO SEPULVEDA
(Argentine)
Né le 13 juin 1991 à Rawson (Argentine)
El Tarter (Andorre)
En couple
1m73
59kg
3
Victoires
4
Années d'expérience
Son profil

Eduardo est sur un vélo, en premier lieu parce que son père en avait rêvé. C’est ce papa qui l’a enlevé au foot à 13 ans à Rawson, huit heures de route au sud de Buenos Aires, en Pentagonie, endroit où on n’imaginerait jamais croiser un coureur cycliste. Ce papa à qui il pense chaque jour car la vie le lui a arraché dans un tragique accident de la circulation quand il avait 16 ans. Depuis, Edu a décidé de devenir un champion. Il en a les gênes. Au Centre mondial du cyclisme, à Aigle, Jean-Jacques Henry avait remarqué ce profil physiologique hors-norme, idéal pour la montagne -où il a beaucoup travaillé l’an dernier- et les chronos. 2014 l’avait frustré. Une douleur sous le genou l’avait privé d’un premier Tour de France alors que le début de saison l’avait montré à son avantage. 2015 a été très contrasté. Lui veut positiver et retient qu’il a remporté, aux Boucles Sud Ardèche en février et au Tour du Doubs en septembre, ses deux (belles) premières victoires chez les pros. Mais il ne sera sans doute apaisé que lorsqu’il retournera sur le Tour de France où une bourde l’a sorti de la course en juillet dernier alors qu’il était 19è du classement général et pouvait viser un Top 15 à Paris. Il sait néanmoins que là est son potentiel.

Les trois mots qui le caractérisent selon lui: «  Honnête, combattant, persévérant. « 

Suivez EDUARDO SEPULVEDA
Son palmarès
2015 (Bretagne-Séché Environnement)
2014 (Bretagne-Séché Environnement)
2013 (Bretagne-Séché Environnement)
4è Tour de San Luis, 4è Étape 2, 5è Étape 4, 9è Étape 5, 6è Étape 6
Vainqueur Boucles Sud Ardèche
17è Tour du Haut-Var
40è Paris-Nice, 19è Étape 4, 19è Étape 7
71è Flèche wallonne
2è Tour de Turquie, 3è Étape 3, 14è Étape 5, 7è Étape 6
16è GP de Plumélec
5è Route du Sud, 5è Étape 3
mis hors-course du Tour de France lors de l'Étape 14 (Mende), alors qu'il était 19è au classement général, 28è Étape 3 (Huy), 22è Étape 6 (Le Havre), 23è Étape (plateau de Beille)
13è Tour de Burgos, 15è Étape 1, 15è Étape 4, 11è Étape 5
20e Tour Poitou-Charentes
100è GP Plouay
Vainqueur du Tour du Doubs
6è Tour de San Luis
4è Tour Méditerranéen, 5e Étape 4 (clm), 2e Étape 5 (mont Faron), 1er classement des jeunes
20è Paris-Nice
5è Critérium international, 6e Étape 3 (col de l’Ospédale)
17è Bayern Rundfahrt
Abandon sur chute au championnat du monde sur route
Double champion panaméricain sur piste : poursuite individuelle et par équipes, médaille d’argent de l’américaine
2è Étape 9 Vuelta a San Juan
9è Tour Poitou-Charentes, 4è Étape4
6è Étape 9 Tour du Portugal
10è championnat du monde espoirs contre-la-montre
10è Circuit Gexto
En 20 questions

Mon père, qui a été un bon coureur amateur. J’ai voulu l’imiter.

Un mountain bike de marque Giant.

Ma victoire sur le Tour de San Luis.

Mon Tour de France 2015.

Avoir un bon matériel et un bon calendrier de courses. Et du coup être motivé pour s’entraîner avec sérieux.

Le sens de la responsabilité et une vie saine, avec de belles perspectives.

Le Tour de France.

Edu en Europe, Sepu en Amérique latine.

J’ai pas mal de bons copains.

Entraineur personnel, coach ou quelque chose comme ça.

Ma famille, mes amis.

J’aime le rock argentin, mais pas de groupe préféré.

Le premier livre de Lance Armstrong, It’s not about the bike

Trop dur de choisir, j’aime beaucoup le cinéma.

Pierrick Fédrigo !

Une parillada, la viande grillée de mon pays.

Une Porsche.

Je gagne une étape du Tour de France ou je fais un Top 10.

Une très belle région, et ma première maison quand je suis arrivé en France, dans le Morbihan.

La cycliste néerlandaise Marianne Vos, championne olympique sur route à Londres en 2012