Nos actualités
TDF #12 : Brice Feillu a tenté !
Le 13 juillet 2017
Pour les spectateurs l’arrivée au sommet de Peyragudes s’annonçait magnifique, digne d’un paysage de film. Pour les coureurs du Tour de France la montée s’annonçait éprouvante et pleine de rebondissements, digne d’un James Bond !

Sans représentant dans l’échappée matinale, Maxime Bouet et Brice Feillu décident d’attaquer dans le Port de Balès. Objectif : anticiper le coup de force des favoris. Problème : la sky impose son tempo. Il manque 500m à Brice Feillu pour accrocher le bon wagon. A l’arrivée, l’altiport de Peyragudes et sa redoutable montée finale laissent des traces sur les visages de nos coureurs. Brice Feillu franchit la ligne en 20ème position, il est également 20ème du général. 37min après Romain Bardet, vainqueur du jour, on aperçoit Dan McLay avec dans son sillage, la voiture balai. Notre sprinteur passe la ligne en dernière position mais l’important est ailleurs, il entre dans les délais et c’est bien là le principal.

Brice Feillu :

« Dans la montée du Port de Balès, Max m’a dit : « j’aimerais attaquer pour devancer l’accélération du peloton maillot jaune. » Je l’ai regardé et je lui ai dit : « ok, on y va ». Quand les favoris sont revenus sur moi, je me suis accroché pour basculer avec eux, j’ai craqué à 500m du sommet, je pensais revenir dans la descente… dommage. On a tenté, ça pouvait être intéressant. »

Eduardo Sepulveda :

« Mes plaies ne me font pas trop souffrir mais depuis que j’ai chuté, j’ai du mal à récupérer. Aujourd’hui, je ne pouvais pas faire beaucoup mieux, j’avais mal aux jambes. Je me répète mais le Tour de France est un rêve pour moi et je reste motivé et concentré pour la suite. »

Dan McLay :

« C’était dur. Je commence à avoir l’habitude de la voiture balai en montagne, je m’étais préparé à cela. Au pied du Port de Balès, je me suis retrouvé seul. Je ne me suis jamais affolé. Je termine dernier mais avec 10min d’avance sur les délais, j’ai pu gérer mon effort. Demain encore, l’étape s’annonce difficile. Quand je vois le travail de mes équipiers lors des sprints, j’ai qu’une envie : y retourner ! Pour cela, il faut passer la montagne.  Je vais tout donner. »

Sébastien Hinault :

« J’ai apprécié la tentative de Maxime et Brice. Ils ont voulu anticiper le coup de vis des favoris, c’était plutôt bien joué. Ce n’était pas une consigne de notre part, on a même été un peu surpris d’entendre à radio course qu’ils sortaient tous les deux. Avant chaque étape, on leur répète de ne pas avoir peur de prendre les devants. Dommage que Brice ne réussisse pas à basculer avec le groupe maillot jaune. J’aurais aimé voir Edu évoluer à 100% de ses capacités sur ce genre d’étape. Il souffre mais n’est pas en difficulté, c’est un guerrier. Tout le monde entre dans les délais, on remonte au classement par équipes, on est septième, la journée est plutôt positive. »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations