Nos actualités
Tour de France #11 – Dan McLay : « Courir pour gagner »
Le 12 juillet 2017
Cette étape de plaine longue de 203 kms semblait promise aux spinteurs avant de retourner vers la montagne. L’échappée du jour se dessine dès le premier kilomètre, ils sont trois à fausser compagnie au peloton. Le scénario ressemble de près à celui de la veille mais Bodnar, sorti à 25 kilomètres de l’arrivée, relance la course. Le polonais tient tête au peloton jusqu’à 400m de la ligne. Les sprinteurs vont pouvoir se disputer la gagne. Indétrônable, Kittel remporte sa cinquième victoire d’étape. Bien emmené par Florian Vachon, Dan McLay prend sa chance, il est cinquième.

Dan McLay :
« Avec l’équipe, on progresse à chaque sprint. On est de mieux en mieux organisé, Elie et Flo ont fait un boulot incroyable dans le final. Je fais un bon sprint, mais Kittel est au-dessus du lot. J’ai couru pour gagner, en restant dans la roue de Kittel je dois pouvoir accrocher la deuxième place mais pour gagner il fallait prendre sa chance. J’ai eu mal aux jambes (rires). »

Pierre-Luc Périchon :
« C’était très nerveux aujourd’hui, à 25 kilomètres de l’arrivée, j’ai roulé pour garder notre place à l’avant du peloton et pour protéger les gars du vent. Ensuite, j’ai fait mon maximum pour rester derrière Dan et fermer la porte. J’ai réussi à m’accrocher jusqu’à 3kilomètres de l’arrivée, j’aurais aimé les aider encore plus. Elie a bien replacé Dan et Flo. Les derniers kilomètres sont éprouvants, il y a à la fois les sprinteurs et les leaders du général, plusieurs fois des coureurs sont venus casser notre train. Il faut qu’on soit moins gentil. Dan monte en pression, de notre côté, il faut qu’on soit au millimètre, pour l’amener dans les meilleures conditions. »

Sébastien Hinault (directeur sportif) :
« Kittel est au-dessus du lot mais comme je l’ai dit à Dan, il n’a aucun regret à avoir car il court vraiment pour la gagne quand d’autres se contenteraient d’une seconde place en restant dans la roue de Kittel. Si Dan avait opté pour la même stratégie, il aurait certainement pris la 2ème ou 3ème place mais il vise la victoire. C’est une mentalité qui me plaît. L’équipe a été extraordinaire, quand je vois qu’ils étaient encore trois à 1km de l’arrivée, c’est super. On est en train de mettre quelque chose en place, je ne sais même pas si les gars en ont conscience. C’est génial de vivre ça sur le Tour, une 5ème place ce n’est pas la gagne mais ça fait plaisir ! »
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Contactez-nous
Newsletter
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières informations